Une grande pause depuis les dernières nouvelles. Il faut dire que les quatre derniers jours de la Biennale ne laissaient guère de temps libre. Puis nous avons quitté Saint Jean Port Joli pour Carleton, dont je vous parlerai plus tard.

IMG_1096

Pour l'ouverture officielle de la biennale le jeudi 26 juillet, je lis un petit extrait de mon blog, en français et en allemand.

IMG_1101

Puis, les deux commissaires présentent les artistes...

IMG_1105

...qui se retrouvent tous sur la scène.

Ensuite, se déroule la première visite guidée, sous les parapluies.

IMG_1122

Pour Mathilde et Johanna, l'expérience la plus importante a été de travailler ensemble. (Das wichtigste war die Zusammenarbeit) Peut-être que tous les duos d'artistes pensent de même. Entre elles, les liens se sont tissés, construits en même temps que l'œuvre. (Die Beziehungen wuchsen gleichzeitig mit der Arbeit)

IMG_1073

À présent on voit bien l'inscription sur ce grand panneau noir qui pourrait être un panneau publicitaire, mais qui s'en démarque complètement avec son beau bois noir et lisse et son inscription mystérieuse. L'intention de Thomas et Caroline était de décontextualiser le titre "la naissance de la tragédie," que l'on pourrait interpréter dans un tout autre sens. Par exemple au niveau écologique, au milieu d'un si beau et si fragile paysage. Le panneau pourrait aussi figurer dans un environnement urbain, par exemple sur les toits de Montréal. (Dieser Titel könnte man in verschiedene Weisen interpretieren, oder auch einfach ignorieren)

IMG_1135

Le travail de Che et Heike: une œuvre cinétique mue par la nature, les courants et le vent. Onze panneaux, peints, de chaque côté par l'un ou l'autre des artistes et se mélangeant au gré du vent. Un grand savoir-faire technique et marin et beaucoup de travail. Et puis les petits coups de patte du fleuve et du vent: un panneau se coince, une ailette s'enraie, l'ancre qui amarre l'œuvre se défait soudain... Mais il faudrait la voir en vidéo pour apprécier pleinement sa beauté. (Cf. facebook, biennale de la sculpture 2018), la voir tourner dans le vent, et les deux motifs se recomposer sans cesse comme dans un caleïdoscope. (Sehen, wie die Plastik sich in den Wind dreht, und die zwei Motive sich immer wieder neu zusammensetzen)

IMG_1143

Benoi et Thomas: mille excuses pour la madonne des érables, hormis la feuille, la sculpture est en noyer cendré et non en châtaigner comme je l'avais écrit. Le Christ baroque de Thomas est présent dans toute sa théâtralité, dans son mouvement et sa draperie aérienne. (Der barocke Christ von Thomas in seiner Theatralität, seiner Bewegung und seinen leichten Falten.)

IMG_1162

Johannes et Chantal expliquent leur collaboration. Ils ont écrit un petit texte basé sur la "conférence des animaux" (die Konferenz der Tiere, d'Eric Kästner) qui rappelle le propos engagé de tenter de créer un monde meilleur pour les enfants. Regina traduit avec enthousiasme les propos de Johannes.(eine bessere Welt für die Zukunft der Kinder)

IMG_1160

Et les jeunes filles dansent sur la chorégraphie de Chantal, devant une installation de canettes et de plastiques divers qui nous rappelle combien nous maltraitons notre terre sur une très belle musique de Peter Henry Phillips "repartir à zéro." (à écouter sur Youtube!) Et peut-être même qu'elles iront à Nuremberg en septembre pour participer à "la conférence des enfants!" En tout cas, elles en ont très envie!

Il  reste encore deux duos que je présenterai dans la prochaine entrée!